3-10 nov : Les comédies barbares / Nouvelle création TnBA


Documents presse à télécharger

Dossier de presse
Nom du fichier : dpresse_estba_tnba_comedies_barbares.pdf (338 KB)
Légende : Dossier de presse

Comédies barbares
Texte Ramón del Valle-Inclán / Mise en scène Catherine Marnas

Du 3 au 10 novembre 2016
TnBA – Grande salle Vitez / Durée estimée 2h15

 

À propos des Comédies barbares, Catherine Marnas annonce la couleur : « Lorenzaccio à côté, ce n’est rien » !

Comprenez les 80 personnages, les 36 changements de décors et les nombreuses intrigues parallèles que la metteure en scène escamotait adroitement à la barbe d’Alfred de Musset. Mais ça, c’était avant de diriger les jeunes acteurs de la 3ème promotion de l’éstba aux appétits d’ogres pour lesquels elle a crée le spectacle en juin 2016.

La directrice du TnBA et de l’éstba trouve dans ce texte lyrique matière à nourrir leur boulimie de jeu. Avec Comédies barbares, le dramaturge, poète et romancier Valle-Inclán (1866-1936) bâtit une grande fresque de l’Espagne du XIXème siècle inventant un style, l’esperpénto (épouvantail), une déformation grotesque et absurde de la réalité à la manière des peintures de Goya.

En trois parties endiablées qui se succèdent comme une vaste épopée – Gueule d’argent (1922), L’Aigle emblématique (1907) et Romance de loup (1908) – il dépeint une société patinée par le patriarcat et le pouvoir du seigneur et maître ; décrit sa région natale, la Galice, rurale et arriérée avec ses croyances en sorcellerie et la prégnance du religieux ; conte des amours contrariées et impossibles…

Dans une ambiance très Game of Thrones, digne de Shakespeare ou des tragédies grecques, la truculence rivalise avec la paillardise et l’humour avec la sauvagerie. Ici, on ne mange pas, on se goinfre, on ne boit pas, on se saoule, on ne fait pas l’amour, on baise ou on viole. Un magnifique terrain de jeu(x) pour ces comédiens dont la plupart sont fraîchement diplômés de l’éstba !

Télécharger (PDF, 338KB)