6-7 janv. : Lorenzaccio au Théâtre du Port de la Lune (TnBA)


Documents presse à télécharger

DP_LORENZACCIO_2017
Nom du fichier : dp_lorenzaccio_2017.pdf (781 KB)
Légende :

Lorenzaccio
Texte Alfred de Musset / Mise en scène Catherine Marnas
Vendredi 6 & samedi 7 janvier 2016
TnBA – Grande salle Vitez / Durée 2h25

! Changements dans la distribution !
Catherine Pietri (Catherine – Tébaldéo – des voix) et Frédéric Constant (Cardinal Cibo – Salviati – Venturi – des voix)
sont remplacés par Francis Leplay et Clémentine Couic

Lorenzaccio, le retour ! Après une tournée en France, à Genève et Madrid, et avant de reprendre la route, le héros d’Alfred de Musset retrouve sa vie de débauche et ses idéaux sur la scène du TnBA.

Dépravé mais pourfendeur de tyran, jouisseur mais révolté, le jeune homme romantique mène son ambiguïté jusqu’au meurtre du Duc, acte courageux, désespéré et… inutile. Avec un texte plus resserré rendant l’intrigue plus mordante et renforçant sa portée politique, la mise en scène très rock’n’roll de Catherine Marnas dynamite le drame historique et lyrique de Musset. Elle tranche allègrement dans les 80 personnages, les 36 changements de décor et les nombreuses intrigues parallèles.

Les ciseaux reposés, la directrice du TnBA livre une épure où huit comédiens jouent une ou plusieurs partitions dans un décor unique. Son Lorenzaccio porte perruque blonde et pantalon moulant vert pomme, se déhanche sur du Daft Punk et fait du « air guitar » avec Alexandre de Médicis. Des moments de pure comédie et de belles scènes intimistes illustrent ce spectacle baroque et flamboyant où pointe le désenchantement d’une jeunesse déçue. S’indigner, certes, mais encore ? Renverser les tyrans, les oppresseurs de tout poil, et puis ? Soulever le peuple, fomenter la révolution, mais après ? Dans Lorenzaccio, le monde politique est corrompu, vulgaire, cynique et amoral et les républicains incapables de faire face à leur devoir. C’est à Florence. En 1537.

Télécharger (PDF, 781KB)