Agora 2017 : les étudiants de Bordeaux et Tbilissi pensent le futur de deux villes géorgiennes singulières


Documents presse à télécharger

Communiqué Agora Georgia
Nom du fichier : communique-agora_georgia.pdf (454 KB)
Légende : Communiqué Agora Georgia

AGORA/GEORGIA

En amont d’Agora, les étudiants de Bordeaux et Tbilissi
pensent le futur de deux villes géorgiennes singulières

Le projet Agora-Georgia – l’une des composantes prises en compte par le commissaire Bas Smets pour l’organisation d’Agora 2017 – met en regard deux volontés opposées dans les objectifs mais identiques dans les moyens : la création par les Soviétiques après la révolution russe de deux villes, l’une industrieuse et industrielle autour de l’exploitation de mines de manganèse, indifférente à la nature environnante et la jugulant par la technique (Chiatura), l’autre, conçue pour le loisir et les résidences de villégiature caractéristiques de l’ère soviétique. Elle fut bâtie au sein d’une nature artificielle et paysagère autour de la source d’eau chaude de Stkaltubo.

Cinquante ans plus tard, les deux villes sont désertifiées. Dans l’une, la nature a repris ses droits et finira par absorber les installations industrielles. Dans l’autre, un paysage artificiel de vingt sanatoriums aux références issues des mouvements néo classiques des 18ème et 19ème siècles, a été rapidement colonisé par des plantes parasites ou ré-exploité à des fins domestiques.

Autour de l’équipe du projet(1), ces deux destinées croisées – convoquant autant l’histoire que la géographie – constituent le thème d’exploration de l’atelier paysage Bordeaux/Tbilissi qui s’est déroulé en deux sessions. La première a eu lieu en mai 2016 à Tbilissi, Chiatura et Stkaltubo. La seconde s’est déroulée en octobre 2016 à Bordeaux.

La restitution des deux workshops aura lieu à Bordeaux en septembre 2017 pendant la biennale Agora, sous forme de conférences et d’une exposition de maquettes, photographies, vidéos, présentée à Station Ausone.

(1)l’Institut français de Géorgie/Jean-Yves Lavoir, directeur – la Ville de Bordeaux/Michèle Laruë-Charlus, délégué général d’Agora – Bas Smets, paysagiste, commissaire de la biennale Agora Bordeaux 2017 – Marc Barani, architecte, grand prix de l’architecture 2013 – Christian Barani, vidéaste – Olivier Brochet et Fabien Mazenc/architectes, professeurs à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux – 4 étudiants de l’ENSAP Bordeaux – le Département d’Architecture de l’université Ilia de Tbilissi – 4 étudiants de l’université Ilia de Tbilissi et leurs professeurs Ia Kupatadze et Sosso Alanidze.

Télécharger (PDF, 454KB)