Château D’Agassac au rang d’Exceptionnel


Documents presse à télécharger

CP_annonce_Ch_D_Agassac_CB_Exceptionnel
Nom du fichier : cp_annonce_ch_d_agassac_cb_exceptionnel.pdf (724 Ko)
Légende :

NOUVEAU CLASSEMENT DES CRUS BOURGEOIS DU MÉDOC
CHÂTEAU D’AGASSAC AU RANG D’EXCEPTIONNEL
un titre temporel pour un cru intemporel

D’aussi loin que je me souvienne, et depuis 23 ans que j’ai la charge de ce domaine, je n’ai jamais regardé derrière moi. Ni les ruines passées que nous avons restaurées, ni tout le travail que nos équipes ont effectué pour améliorer significativement la qualité de nos vins n’ont justifié d’envisager de faire une pause. Ensemble, nous avons eu à coeur d’imaginer l’évolution de notre métier, l’avenir de notre domaine dans la compétition mondiale, et de nous adapter aux défis sociétaux qui sont devenus si importants notamment en matière d’environnement.
Pourtant aujourd’hui, à l’heure de vous parler du classement en Cru Bourgeois Exceptionnel du Château D’Agassac, j’ai eu envie de vous adresser ce communiqué et effectuer un bref retour en arrière… envie également de m’adresser aux consommateurs, dégustateurs et journalistes internationaux, pour leur dire combien leur confiance et leur fidélité nous ont été utiles toutes ces années pour avancer, restaurer cette propriété en ruines et faire revivre ses fantastiques terroirs.
Jean-Luc Zell / Régisseur depuis 1996

Cinq valeurs, piliers de l’évolution du Château D’Agassac, un cru distribué dans plus de quarante pays (1)

  • Intemporalité
    d’un patrimoine naturel domestiqué et valorisé depuis 8 siècles
    Si plus de 800 ans séparent ce nouveau classement de la construction du Château D’Agassac, 23 années se sont passées depuis que le nouveau propriétaire, Groupama, ne s’engage dans une connaissance approfondie du domaine de 45 ha afin de comprendre la personnalité de chaque parcelle, de chaque once de terroir et de chaque pied de vigne. A l’échelle du temps viticole, cette connaissance qui nourrit la politique environnementale du domaine (voir détails en page 5) est une recherche sans fin.

(1)Hong Kong, Chine, Philippines, Singapour, Thaïlande, Corée du Sud, France, Belgique, Allemagne, Italie, Suisse, Autriche, Angleterre, Luxembourg, Hollande, Islande, Estonie, Suède, Norvège, Irlande, Roumanie, Slovaquie, République Tchèque, Danemark, Finlande, Grèce, Russie, Pologne, Usa, Canada, Antilles, République dominicaine, Iles Cayman, Brésil, Australie, Nouvelle Zélande, Nouvelle Calédonie, Polynésie française, Ile Maurice, Cameroun, Congo

  • Un cru responsable et éthique
    Ici tout est réfléchi pour préserver la sécurité des consommateurs, des voisins du domaine mais également pour préserver la sécurité de ceux qui oeuvrent dans l’entreprise, avec pour objectif la pérennité des métiers de la vigne et la qualité des vins D’Agassac.
    Ici, cette politique n’est pas nouvelle, et depuis 2003, l’engagement permanent D’Agassac vise une performance globale sur les axes produits, mais aussi environnementaux et sociétaux. Le domaine est certifié Terra Vitis depuis 2003, Haute Valeur Environnementale niveau 3 et Iso 14001 depuis 2012. En juin 2018 et en novembre 2019, un audit SMETA (Sedex Members Ethical Trade Audit) a permis d’évaluer et de valider les pratiques environnementales, sociales et éthiques de la propriété (infos+ en page 5).
    Le Château D’Agassac est aujourd’hui en mesure de dépasser les exigences des certifications auxquelles la propriété adhère.

 

  • Un cru identitaire produisant des vins de vignerons, sincères
    Bénéficiant d’une situation géologique identique à celle des Crus Classés (terrasse 4 et terrasse 5 du Médoc), le Château D’Agassac a, depuis 23 ans, fait le choix de proposer des vins identitaires, qui ne ressemblent qu’à l’endroit où ils sont nés, des vins d’équilibre, précis, tout autant taillés pour la garde que pour donner du plaisir, des vins de vignerons, des vins sincères dont les modes n’influencent ni la vinification, ni l’assemblage… Depuis 2014, Stéphane Derenoncourt apporte son expertise en matière d’approche terroir.
    Sa sensibilité et sa capacité à respecter et mettre en avant l’identité d’un domaine rejoignent la vision de Jean-Luc Zell.

  • Un cru reconnu acteur du développement de son territoire
    Depuis 23 ans le Château D’Agassac ouvre ses portes et développe un oenotourisme qui fut précurseur, notamment avec ses visites interactives sur Ipad (en 2018, le Château D’Agassac a reçu 58 nationalités en visites oenotouristiques / source interne) et la création d’un restaurant “La Table D’Agassac”.

20 000 visiteurs par an dégustent ses vins et découvrent ce site inscrit à l’Inventaire des Monuments Historiques, 5 fois vainqueur du concours des Best of wine tourism. Ancré dans son territoire, le domaine accueille des propositions culturelles destinées à un public amateur de concerts, de théâtre. Il ouvre ses portes aux événements professionnels et personnels (mariages), dans le cadre d’un domaine, rare paysage de douves et parc aux arbres centenaires

ÉLÉMENTS CLÉ DU DOMAINE

• Construction du château : il y a 800 ans
• Rachat par Groupama : fin 1996
• Un domaine de 80 hectares – un vignoble de 45 ha reposant sur 3 terroirs différents
• Encépagement : Merlot 50% / Cabernet Sauvignon 47% / Cabernet Franc 3%
• Age moyen du vignoble : 25 ans
• Densité de plantation : 6700 pieds/ha
• 23 cuves en acier thermorégulées
• Château D’Agassac est élevé pour 60% en barriques de chêne français issu des forêts de Jupilles et du centre de la France très légèrement chauffées, mais aussi pour 40% en cuve avec micro-oxygénation ménagée afin de conserver du fruit dans l’assemblage
• Production totale 250 000 bouteilles/an

UN CRU ENGAGÉ DANS LA VITICULTURE DURABLE ET ETHIQUE

Depuis longtemps sensibilisé à la parfaite maîtrise de l’impact du domaine sur son environnement proche, le Château D’Agassac est aujourd’hui en mesure de dépasser les exigences des certifications auxquelles la propriété adhère grâce à quelques principes figurant dans la liste non exhaustive suivante :

  1. Le choix des produits utilisés qui sont respectueux de l’environnement du personnel et du voisinage :
    – Choix des produits bio ou bio-contrôles pour 69% des produits utilisés en 2019,
    – Choix de produits à 100% sans risques C.M.R. depuis 2009 (soit plus de 10 ans), produits tous homologués en France.
  2. Les différents modes de lutte utilisés sur le domaine pour tester les impacts de chacun et leur pertinence afin de diminuer les quantités d’intrants
    – Lutte alternative biologique (confusion sexuelle, introduction de typhlodromes…),
    – Gestion de l’alimentation des vignobles pour des vignes mieux équilibrées et donc naturellement plus résistantes.
    – Lutte en application du Cahier des charges Bio pour une partie du vignoble afin de s’approprier le sujet et de le valider techniquement sur le domaine.
  3. Travail sur la réduction des intrants (réduction mesurée à -40% d’intrants entre 2010 et 2019, travail qui se poursuit)
    – Réduction des doses de produits à l’hectare en fonction du stade végétatif et du risque maladie
    – Utilisation d’un matériel de traitement performant, adapté et contrôlé
    – Limitation des dérives de produits pour ne traiter que la vigne : traitement face par face de toute la propriété
    – Chaque tracteur est équipé d’un système informatisé du contrôle de la pulvérisation pour traiter précisément à la dose voulue avec un contrôle permanent de la dose épandue
  4. La mise en place d’outils d’aide à la décision performants pour diminuer le nombre de passage
    – Station météorologique en propre sur le domaine, analyse des modèles mathématiques de prévision de développement des maladies et observation minutieuse toutes les semaines du vignoble pour ne traiter qu’en cas de besoin (avec notre responsable qualité et un organisme indépendant)
    – Adhésion au groupe de station météo du réseau Demeter
  5. Le choix de précaution visant à traiter les parcelles au plus près de ses voisins uniquement avec des produits bio ou bio-contrôles.

Bien évidemment, et parce que nous sommes soucieux de ne traiter qu’en cas de besoin, aucun planning d’épandage n’est mis en place de manière préventive et systématique et nous décidons du traitement de la semaine quelques jours avant sa mise en oeuvre.
Enfin, je ne veux pas occulter notre travail sur la réduction de nos déchets et la mise en oeuvre de filières de traitement, la récupération et la dépollution sur place de nos eaux de chais et nos résidus de pulvérisation, la baisse de nos consommations de gasoil, de gaz, d’électricité.
Jean-Luc Zell

Télécharger (PDF, 724KB)